Romans

« Les jours meilleurs » de Cecelia Ahern

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les jours meilleurs »
Auteur : Cecelia Ahern
Genre : Littérature contemporaine
Éditeur : Milady

.

résumé du livre

À force de traquer le scoop et de dévoiler la vie privée des gens dans les colonnes de la presse à scandale, Kitty est dans l’impasse. Sa carrière de journaliste piétine, et ses frasques lui valent une réputation désastreuse. Tout s’effondre quand elle apprend que Constance, la femme qui lui a tout appris, vit ses derniers instants. Elle se rend à son chevet et lui demande quelle histoire elle a toujours rêvé d’écrire. Mais la réponse arrive trop tard, sous la forme d’une liste de cent noms, sans aucune explication. Bien décidée à percer le mystère, Kitty tente de comprendre ce qui relie entre eux ces inconnus. En allant à leur rencontre, elle va découvrir des aspects pour le moins inattendus de la vie de Constance et peut-être même trouver un sens à la sienne.

.

Ma critique

Après avoir apprécié la saga young adult Destiny ainsi que deux romans contemporains de Cecelia Ahern, j’ai décidé de continuer ma découverte de cette auteure sous les conseils de Stéphanie des éditions Milady. Cette dernière avait eu un coup de cœur pour « Les jours meilleurs » qui a remporté le Prix des lectrices cette année. Curieuse de voir si ce roman était aussi plaisant que les autres, j’ai rapidement commandé cet ouvrage auprès de mon libraire. La lecture fut très sympathique cependant, elle ne détrône pas « L’année où je t’ai rencontré » qui reste à ce jour le titre que j’ai préféré…

couv39238547Parfois, le hasard se joue de nous. Si j’ai plongé dans ce livre, c’était pour m’occuper l’esprit et me détendre. Or, le début a fait écho à ce que je traverse en ce moment. Les soixante premières pages ont été assez difficiles émotionnellement. En effet, l’ouvrage aborde des sujets sensibles comme la maladie, la mort, la dépression, le harcèlement, la pression sociale, l’isolement et la duperie. Il faudra donc veiller à ces éléments si l’on décide de plonger dans l’aventure… On est directement face à une phase de deuil avec Kitty, la journaliste déchue, qui perd sa meilleure amie et mentor. C’était assez chargé émotionnellement et bien retranscrit. J’ai été tentée de changer de lecture, mais je ne savais pas si je la reprendrai plus tard. En général, les romans reportés comme cela tardent avant de revenir entre mes mains. J’ai donc pris sur moi et me suis accrochée… Et je ne le regrette pas ! D’ailleurs, même si je n’ai pas eu de l’affection avec l’héroïne, j’ai aimé qu’elle prenne sur elle, aille de l’avant et se surpasse malgré les difficultés qu’elle va rencontrer. Kitty va enquêter sur un article que son amie défunte n’a jamais écrit. Cette enquête va l’obliger à ne pas se morfondre et à tout donner pour découvrir le lien de la seule chose qui l’aiguille pour concevoir le fameux article : cent noms d’inconnus ! Très vite, l’enquête où elle patine va devenir un divertissement. Une mission. Un objectif à analyser et réaliser jusqu’au bout.

Le début est assez long à se mettre en place et, comme Kitty, on se demande où mènera cette histoire et quel lien ont ces nombreuses personnes… Volontairement, l’intrigue semble brouillonne et touffue… Mais tout vient à point à qui sait attendre ! Les mystères finissent par éclater au grand jour et à nous emporter dans une belle ambiance. Une fois les trois cent pages passées, j’ai adoré l’atmosphère dans laquelle baignait Kitty : c’était drôle, sympathique et chaleureux. L’idée du bus était tout simplement géniale. Le sourire ne quittait pas mes lèvres pendant ce dernier quart, car les personnages secondaires étaient tous touchants à leur manière… (Bon, il y a quand même des personnalités très manichéennes… Par exemple, on voit rapidement ceux qui vont porter préjudice à la journaliste…) Ma préférence va à la vieille Birdie et la pimpante Marie-Rose. Cela dit, d’autres individus comme Eva, Archie et Steve ont également réussi à me convaincre. L’auteure a su proposer de belles rencontres, des moments formidables voire insolites ainsi que de belles valeurs dans son récit. Ce titre célèbre la vie, la transmission et la simplicité. Même dans le banal, il y a de très jolies choses… On est en quelque sorte sur du feel-good, mais plus complexe et avec des thématiques plus difficiles. Il y a également une romance pas forcément nécessaire, mais qui m’a plu quand même… D’autant plus que le jeune homme qui ravit le cœur de Kitty est captivant, sympathique et a beaucoup d’humour. Leurs échanges sont toujours plein de peps et m’ont arraché plusieurs sourires…

« Les jours meilleurs » est un condensé de belles surprises qui mettent du temps à se mettre en place, mais dont la finalité vaut le coup ! J’ai mis du temps à apprécier l’héroïne dont le caractère est longuement caché sous une carapace professionnelle et son côté nombriliste toutefois, j’ai fini par la comprendre et à être touchée par ce qu’elle a vécu. La force de cet ouvrage réside dans les personnages secondaires, notamment parmi ceux appartenant à la liste des cent noms… C’est une belle aventure humaine avec une leçon de vie ! Cette découverte m’a donc plu malgré ses défauts.

 

Citations

Il paraît qu’il ne faut pas laisser la peur guider nos actes, […] mais s’il n’y a pas de peur, où est le défi ?

—————

Il arrive à tout le monde de se tromper, personne n’est parfait. Mais il faut apprendre de nos erreurs pour devenir de meilleurs professionnels et, plus important encore, de meilleures personnes.

—————

Je ne te parle même pas de ne jamais rédiger d’articles fracassants, mais d’écrire des papiers qui anesthésient le cerveau des gens. Ce n’est pas mon but dans la vie non plus.

—————

Quand j’ai rencontré ma femme. Elle était magnifique. J’étais un idiot à l’époque. L’amour adoucit les gens, j’en suis certain. Mais chez moi l’amour fait naître une rage qui me brûlait la peau, a remplacé mon sang et fait surgir ce qu’il y a de pire en moi. C’est pour ça qu’il vaut mieux que les gens que j’aime soient loin de moi.
[…]
L’amour que je porte aux gens prend des formes négatives, expliqua-t-il. Il est sombre, menaçant, bien loin de la guimauve et des mots tendres que les gens se murmurent à l’oreille. L’amour donne de l’élan aux gens. Moi, il me tire vers le bas. Je suis un démon prêt à défendre, à protéger, à faire n’importe quoi pour ceux que j’aime.

.

Ma note

♥ 4/5

10 réflexions au sujet de « « Les jours meilleurs » de Cecelia Ahern »

  1. J’espère que ta phase difficile va se tasser et que ça ira mieux.😊 Tomber sur un livre qui fait écho à notre vie est souvent difficile, ça marque énormément aussi et selon certain thème, ça peut mettre bien au fond du trou. J’ai connu ça avec certains bouquins sur le deuil, la colère, la pauvreté et autres maladies.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci…
      Oui, c’est difficile et cela peut effectivement nous mettre une claque supplémentaire… Je comprends que tu aies connu ça aussi…
      Mais pour cet ouvrage, je savais qu’il était classé « feel-good » et donc que le dénouement ferait du bien. C’est ce qui m’a incité à continuer. (Et j’ai bien fait, car c’était bien malgré le début. 🙂 )

      Aimé par 1 personne

  2. Et ben, quand un livre traite de sujets qui nous touchent particulièrement, pas simple de continuer la lecture ! Contente que tu aies aimé malgré quelques défauts, je serai curieuse de découvrir ce récit à mon tour 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s