Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse

« Le Drakkar éternel » d’Estelle Faye #plib2021

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Le Drakkar éternel »
Auteur : Estelle Faye
Genre : Fantastique / Littérature jeunesse – ado
Éditeur : Scrineo
#ISBN9782367408811

.

résumé du livre

La vie n’est pas toujours facile pour Maël et Astrid au collège. Heureusement ils peuvent s’échapper pendant les vacances, en naviguant sur l’océan. Mais l’une de leurs sorties en mer va les entraîner beaucoup plus loin qu’ils ne l’auraient imaginé… Prisonniers à bord d’un navire viking, un bateau maudit condamné à errer sur les flots pour l’éternité, ils vont devoir lever la malédiction qui frappe la mer des neuf mondes, pour espérer rentrer chez eux.

.

Ma critique

couv38880284Quel chouette ouvrage pour faire découvrir la mythologie nordique aux jeunes ados ! J’ai passé un bon moment de lecture aux côtés de Maël et de son amie Astrid. Bien que le rythme soit parfois trop rapide, j’ai adoré le développement de cette histoire, les différents rebondissements ainsi que le dénouement qui sort des sentiers battus ! Le début était pourtant assez classique avec l’idée de harcèlement scolaire ou de héros ne trouvant pas leur place. Toutefois, les choses ont brusquement changé lorsque les deux amis bretons sont partis en mer, puis ont été transportés dans un autre monde/siècle ! Ce voyage étrange les propulsera aux côtés de vikings, sur un drakkar maudit (ou plutôt d’un « langskip » grognerait Hrolf !). Or, pour espérer rentrer chez eux, le duo devra tenter de lever la malédiction en naviguant d’île en île, en affrontant des ennemis terribles et en faisant preuve de courage, de ruse et de surpassement de soi.

Même si leur caractère aurait pu être développé davantage, j’ai pris plaisir à découvrir le binôme dont l’amitié fait chaud au cœur. Les deux ados ont une relation touchante, sincère, complice, sans ambiguïté et puissante. Astrid est celle qui m’a fait la meilleure impression, en particulier en raison de son quotidien difficile, mais surtout de son tempérament explosif, sa force, sa détermination et sa loyauté. Contrairement aux récits habituels, elle est bien plus combattive que le narrateur. En effet, le jeune homme est plutôt sensible, craintif et observateur. Il n’aime pas se battre. D’ailleurs, dans son monde, il était victime de moqueries et de coups bas de la part de ses camarades… L’imaginer se battre aux côtés de guerriers nordiques était donc improbable. Cela dit, le jeune Maël a rapidement montré d’autres qualités : il est quelqu’un de malin, cultivé, intelligent, dévoué et protecteur. Il sera le puits de savoir permettant à ses alliés de comprendre ce qu’il se trame ou pour connaître les faiblesses des antagonistes. C’est grâce à lui qu’Estelle Faye va distiller quelques informations sur cette culture fascinante. D’ailleurs, je tiens à féliciter l’auteure : elle permet d’apprendre des éléments, sans que cela soit pénible, rébarbatif ou ennuyeux. On a là une bonne mise en bouche qui donnera, je l’espère, envie aux jeunes lecteurs de faire des recherches sur le sujet. De façon générale, elle a abordé la mythologie avec originalité, simplicité et pédagogie.

Je me suis régalée à imaginer les deux amis rencontrant des dieux emblématiques ou des êtres de la mythologie scandinave (Odin, Loki, les Valkyries, Fenrir, Hel, les nains, etc.) ! D’autant plus que, durant cette épopée, on n’a jamais le temps de s’ennuyer ! Non seulement l’action est constante, mais il y a également beaucoup de rencontres, de batailles, de magie et de mystère. De plus, les chapitres sont relativement courts et toujours avec une fin percutante, ce qui donne envie au jeune lecteur de tourner les pages. Hélas, ce dynamisme se fait peut-être aux dépens du reste… Cela dépendra des lecteurs cependant, je pense que l’on aurait pu davantage détailler certaines scènes d’action un peu trop rapides, voire expéditives. Il aurait également été sympathique de creuser l’entourage des héros, finalement peu exploité, me donnant même l’impression de n’avoir affaire qu’à des personnages de passage, des figurants ou des pions à un moment donné du scénario… Ce qui est dommage, car certains individus avaient du potentiel ! Cela dit, je pense que cela reste une bonne lecture jeunesse-ado pour ceux qui apprécient les aventures fluides et rythmées, avec une ambiance mythologique (autre que la gréco-romaine).

logo-plib.

Citations

 
.
Personne ne sait pourquoi Astrid a disparu. La plupart des gens, tous des adultes en fait, ne se souviennent pas qu’Astrid a existé.

 

—————

Le bateau danse sur les flots et Astrid prend la barre. De nous deux, c’est elle la meilleure navigatrice. Au début, je trouvais ça injuste. C’est moi qui suis né ici, après tout. Mais je n’ai jamais pu rester longtemps jaloux d’Astrid. Elle ne se rendait même pas compte qu’elle était aussi douée. Pour elle, glisser sur les flots, c’était aussi naturel que respirer. Et c’était l’un des rares moments où elle n’avait pas besoin de jouer à la petite dure. Où elle pouvait arrêter de se blinder.

—————

– On m’a dit que les alfes sombres manipulaient les rêves, et les cauchemars.
– Je l’ai entendu moi aussi. Mais au fond, tout ce qui apparaît dans tes songes t’appartient déjà, que ce soient tes espoirs, tes peurs, ton passé, ton avenir… Aucune magie dans aucun des mondes ne peut changer cela.

—————

Je prends une profonde inspiration. Je me dis que, techniquement, je n’ai pas de raisons d’avoir plus peur d’Odin que de mon prof de maths. Déjà, Odin ne peut pas me faire rester un an de plus au collège. Ensuite, Odin a beaucoup moins de motivations pour me punir que mon prof de maths. Par exemple je n’ai jamais dessiné des elfes et des chevaliers sur mon cahier d’exercices pendant qu’Odin donnait un cours. Et là, je me représente le dieu nordique avec ses vieux vêtements de voyage dans la salle 3B de mon collège, avec ses corbeaux sur l’épaule. Ça serait plutôt sympa, en fait. Un peu effrayant, mais sympa. Ça remet les choses en perspective, quelque part.

.

Ma note

4/5

6 réflexions au sujet de « « Le Drakkar éternel » d’Estelle Faye #plib2021 »

  1. Je me demandais justement ce que valait Estelle sur un titre purement jeunesse et ça a l’air très chouette. J’aime l’idée de chapitred courts, rythmés, avec des personnages intéressants et bien construits dans un univers mythologique qui change 😃

    Aimé par 1 personne

  2. Très contente que toi aussi tu aies succombé au charme de ce roman jeunesse qui aurait été un coup de cœur pour moi il y a encore quelques années. Je te rejoins complètement sur cette amitié touchante, sur les caractères des deux protagonistes, la subtilité et l’efficacité avec lesquelles l’autrice offre une bonne initiation à la mythologie nordique… Une bonne lecture assurément 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s