Littérature jeunesse

« Les jumeaux d’Égypte et les puces magiques » de Mim, Benoit Bajon et Sylvie Eder

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Les jumeaux d’Égypte et les puces magiques »
Auteurs : Mim, Benoit Bajon et Sylvie Eder
Genre : Roman jeunesse
Éditeur : Magnard jeunesse

.

résumé du livre

Séthis et Mina en Égypte : ces deux-là, quand ils ont une idée en tête, rien ne les arrête ! Ils ont des rêves plein la tête : malheureusement, leurs parents ont d’autres projets ! Entre deux papyrus, les jumeaux tombent sur une drôle d’invention qui pourrait changer leur destin…

.

Ma critique

9782210972636-gSorti en même temps que « Super détectives : Il faut sauver Anastasie ! », « Les jumeaux d’Égypte et les puces magiques » utilise le même système : le grattage de texte. Une fois encore, le petit lecteur devient « acteur » et va pouvoir révéler des images codées, des dialogues amusants ou du texte en général. Le concept est toujours aussi chouette, ludique, original et plaisant. Cela a encore fait mouche avec moi. Quant aux jeunes lecteurs, je suis certaine qu’ils vont également adhérer à cette idée surprenante, originale et amusante. De plus, cette collection semble idéale pour servir de transition entre les romans première lecture et les livres de « grands ». Ici, on est de nouveau sur une histoire d’environ soixante-dix pages contentant un interligne important, quelques illustrations (moins que dans le premier que j’ai lu, je crois ( ?! )) ainsi que des jeux (ex : lettre cryptée, observation, mot mystère, phrases codées, labyrinthe, etc.).

Avec ce nouveau tandem de héros, l’enquête a laissé place à l’aventure ! En outre, le contexte est différent : l’intrigue va se dérouler au temps des pyramides. Ainsi, les personnages principaux ont des cours de hiéroglyphes ou encore des noms peu communs, mais terriblement rigolos ! On a, par exemple, Kalkuleth, une sorte de savant fou et inventeur de génie, qui conçoit régulièrement des objets insolites. C’est d’ailleurs en partie à cause de lui que Séthis et Mina vont vivre une aventure aussi déroutante que loufoque ! Pour cela, les deux coquins vont « emprunter » une boîte contenant des puces magiques ! Ils espèrent alors changer leur futur… En effet, Kalkuleth aurait réussi à attribuer un pouvoir à ces insectes bondissants : celui de contrôler autrui !

J’avais déjà rencontré la plume de Mim et de Benoit Bajon à travers « Moi, Achille, superhéros sans moustache ». Or, j’ai retrouvé avec plaisir leur style ainsi que leur humour ! D’ailleurs, je dois avouer avoir largement préféré l’ambiance de ce livre, notamment grâce aux nombreux jeux de mots. Pour moi, on est moins sur de l’humour de circonstances ou sur du caca/pipi/prout. Ici, c’est plus subtil, varié, anachronique et complexe. Il y en a un peu plus pour tous les goûts ! Ce ressenti est purement personnel et, même si j’ai aimé les deux romans à gratter, j’ignore quel titre fonctionnera le mieux avec les enfants ! Pour ma part, j’ai surtout été totalement sous le charme de Basketh, un chat doté de parole suite à une expérience de Kalkuleth. Le vilain matou fait plein de remarques impertinentes, cyniques, piquantes, blasées et volontairement désagréables. Il est l’incarnation de la mauvaise humeur, des piques acerbes et de la moquerie. J’adore !

En plus d’être distrayante, cette aventure met en avant de belles valeurs, notamment la complicité au sein d’une fratrie, l’entraide, l’écoute, la discussion, l’identité, le féminisme, … J’ai accroché aux messages disséminés derrière cette étrange affaire de puces magiques. Du côté des illustrations, on est toujours sur des teintes monochromes avec, cette fois-ci, du jaune au lieu du bleu. L’idée me plaît et le rendu se trouve être très joli ! J’ai été sous le charme du coup de crayon de Sylvie Eder. Comme le style de Jess Pauwels, ses personnages sont expressifs ! De plus, quelques scènes m’ont fait sourire (ex : p13, p48, p68/69), car elles contiennent des détails rigolos.

Vous l’aurez compris : l’ensemble est très sympathique, léger, drôle et dynamique. Un bon intermédiaire pour les jeunes lecteurs. Pour les personnes jugeant qu’une fois gratté, ce roman est comme les autres, je vais vous donner une petite astuce : faites votre matière à gratter. C’est ludique et très simple à faire. (Petit tuto made in Saiwhisper… Une idée à peut-être à intégrer dans un prochain titre de la collection ?^^) Il vous faut mélanger une dose de liquide à vaisselle avec deux doses de peinture de type acrylique ou de la gouache. Qu’importe la couleur. Après avoir mélangé de façon homogène, utilisez un pinceau pour étaler la pâte sur les zones anciennement grattées. Si vous voulez rajouter d’autres endroits à gratter, il suffira de placer du scotch/ruban adhésif au préalable. Et voilà ! L’aventure peut recommencer !

.

logo.

Citations

Sur Basketh, j’ai bien peur que rien ne marche, plaisanta Kalkuleth. Cet animal est l’incarnation de la mauvaise humeur et il résiste à toute forme d’autorité. Même avec dix litres de potion, il continuera à faire exactement ce qu’il veut et à nous parler comme à des chiens…
.
—————
.
Parfois, certaines inventions se révèlent plus néfastes que bénéfiques.
.

—————
.
Des idées aussi idiotes, chat me dépasse.
.
—————
.
Les erreurs aussi font progresser la science.

.

Ma note

4,5/5

4 réflexions au sujet de « « Les jumeaux d’Égypte et les puces magiques » de Mim, Benoit Bajon et Sylvie Eder »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s