Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse

« D’or et d’oreillers » de Flore Vesco #PLIB2022

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « D’or et d’oreillers »
Auteur : Flore Vesco
Genre : Littérature ado / Fantastique / Conte revisité
Éditeur : L’école des loisirs

#ISBN9782211310239

.

résumé du livre

C’est un lit vertigineux, sur lequel on a empilé une dizaine de matelas. Il trône au centre de la chambre qui accueille les prétendantes de lord Handerson. Le riche héritier a conçu un test pour choisir au mieux sa future épouse. Chaque candidate est invitée à passer une nuit à Blenkinsop Castle, seule, sans parent, ni chaperon, dans ce lit d’une hauteur invraisemblable. Pour l’heure, les prétendantes, toutes filles de bonne famille, ont été renvoyées chez elles au petit matin, sans aucune explication.
Mais voici que lord Handerson propose à Sadima de passer l’épreuve. Robuste et vaillante, simple femme de chambre, Sadima n’a pourtant rien d’une princesse au petit pois ! Et c’est tant mieux, car nous ne sommes pas dans un conte de fées mais dans une histoire d’amour et de sorcellerie où l’on apprend ce que les jeunes filles font en secret, la nuit, dans leur lit…

.

Ma critique

d-or-et-d-oreillersUn nouveau bijou signé Flore Vesco ! Après m’avoir enchantée avec son adaptation du joueur de flûte de Hamelin à travers « L’Estrange Malaventure de Mirella » et ses autres écrits faisant souvent référence aux contes, l’auteure s’est attaquée à une nouvelle histoire classique : celle de la princesse au petit-pois ! Toutefois, elle va complètement changer la personnalité de cette héroïne au dos sensible, qui se plaint qu’un morceau de légume meurtrit son dos sous une couche de matelas… À la place, on aura le droit à une servante débrouillarde, courageuse, observatrice, avec la langue bien pendue et le sens de la répartie ! Au lieu de se plaindre de sa condition ou de son physique, la demoiselle va prendre son destin en main et va plutôt chercher à percer les secrets du Lord Handerson, alias Adrian, un riche propriétaire recherchant une épouse.

Avec malice, Flore Vesco commence son récit en proposant une mise en abîme : une femme narre la véritable histoire de la princesse au petit pois. Une version plus originale, plus magique et plus sensuelle… En effet, sans que cela soit obscène, l’auteure va proposer des passages intimes où il est question de désir, d’amour et d’actes charnels. Le choix de proposer ce genre de scène est osé néanmoins, il est fait avec poésie, jeux de mots et délicatesse… Et puis, après tout, les anciens contes ne comportaient-ils pas eux aussi des moments sexuels (qu’ils soient crus ou développés par allégorie) ? Par exemple, le petit chaperon rouge ne s’est-il pas déshabillé pour aller dans le lit du loup ? Et que dire du Prince qui « cueille les doux fruits de l’amour » en violant la Belle au bois dormant, avant de l’abandonner, car elle ne se réveille pas ? (Et la laisse enceinte !…) J’ai donc apprécié le fait que Flore Vesco touche au thème de l’érotisme avec délicatesse et onirisme, tout en laissant l’imagination du lecteur faire le reste

Comme à travers ses autres écrits, l’auteure va proposer une version féministe du conte original. La jeune Sadima va pointer du doigt des problèmes sociaux de l’époque où la femme n’est hélas, pas libre de son futur. Si on est pauvre, il n’est pas rare de se faire abuser par d’autres personnes de son milieu ou par son propriétaire… Les filles issues d’une riche famille ne sont pas en reste : on va vite chercher à les marier, quitte à leur imposer un vieil époux fortuné dont elles devront porter les enfants ! Quel plaisir de voir une héroïne engagée, spontanée, courageuse, cultivée (malgré son statut de servante, elle sait lire), maligne et débrouillarde ! La demoiselle est loin de ressembler aux autres prétendantes… J’avoue avoir adoré le petit clin d’œil aux romans de Jane Austen… C’était bien vu et sympathique ! J’ai également été conquise par la présentation de Zephis, cette postulante que l’on présentera comme une bête de cirque, capable de danser, chanter, converser dès qu’on lui en donne l’autorisation.

Le fantastique est très présent. Je n’en dirais pas trop afin de ne rien révéler néanmoins, j’ai été charmée par la place de la sorcellerie au fil du récit. La magie va prendre de plus en plus d’importance, jusqu’à devenir l’élément central du récit… Un régal ! Ce conte revisité est une pépite drôle, dynamique, mystérieuse, engagée, habilement écrite et addictive. On frôle le coup de cœur ! J’espère que Flore Vesco réécrira d’autres contes classiques car, pour moi, elle fait mouche à chaque fois…

.

plib2022

.

Citations

– Maman, maman, dites-moi ! Est-ce qu’ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ?
– Voyons, petite sotte ! Quand comprendrez-vous qu’il ne faut pas croire ce que disent les contes ? Le bonheur, sachez-le, repose plutôt sur la qualité des enfants que sur leur quantité.

—————

Cette manie de masquer la réalité derrière les légumes ! Ma douce, le conte du petit pois sous le matelas, c’est une soupe qu’on fait avaler aux fillettes innocentes.

—————

Ces trois jeunes filles de la bonne société anglaise étaient de fort délicates créatures. Mrs Watkins pouvait être fière d’avoir produit ces jouvencelles aux fins cheveux blonds, à la mince ossature point trop tapissée de chair. Elle avait veillé sur leur taille étroite, leur avait appris à ne laisser échapper qu’un petit filet de voix. Il en allait des filles comme des bagages : moins elles prenaient de place, et plus elles seraient faciles à caser.

—————

Alors, bien sûr, je pourrais demander aux intéressées d’enfiler une pantoufle de verre ou un anneau, mais ça ne m’a pas semblé la meilleure manière de les départager.

.

Ma note

5/5

13 réflexions au sujet de « « D’or et d’oreillers » de Flore Vesco #PLIB2022 »

  1. Je ne connaissais ni l’autrice ni le titre, ça m’intéresse, parce que j’aime beaucoup les réécritures de contes. Merci pour cette découverte et ta chronique enthousiaste ! je note sur ma liste de souhaits 🙂

    Aimé par 1 personne

      1. Ah c’est intéressant ! j’ai lu une réécriture de ce conte par Annabelle Blangier chez Magic Mirror éditions, j’avais bcp aimé. Je note, ce sera l’occasion de comparer les deux réécritures !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s