Fantastique/Fantasy·Horreur

« Widjigo » d’Estelle Faye #PLIB2022

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Widjigo »
Auteur : Estelle Faye
Genre : Fantastique / Horreur
Éditeur : Albin Michel

#ISBN9782226457431

.

résumé du livre

En 1793, Jean Verdier, un jeune lieutenant de la République, est envoyé avec son régiment sur les côtes de la Basse-Bretagne pour capturer un noble, Justinien de Salers, qui se cache dans une vieille forteresse en bord de mer. Alors que la troupe tente de rejoindre le donjon en ruines ceint par les eaux, un coup de feu retentit et une voix intime à Jean d’entrer. A l’intérieur, le vieux noble passe un marché avec le jeune officier : il acceptera de le suivre quand il lui aura conté son histoire. Celle d’un naufrage sur l’île de Terre-Neuve, quarante ans plus tôt. Celle d’une lutte pour la survie dans une nature hostile et froide, où la solitude et la faim peuvent engendrer des monstres…

.

Ma critique

widjigoDepuis « Until Down », un jeu vidéo d’horreur, je voue une certaine fascination pour les œuvres mettant en scène le Wendigo. Plus que la créature en elle-même, je recherche surtout une ambiance angoissante au fil des pages. Alors, lorsque j’ai vu qu’Estelle Faye avait écrit un nouveau titre sur le sujet, je n’ai pas attendu longtemps pour le découvrir ! J’ai retrouvé avec plaisir sa plume travaillée, complexe, mature, poétique et envoûtante. En quelques pages, elle m’a transportée aux côtés d’un groupe de naufragés qui vont devoir s’entraider, observer et déterminer ce qu’il se passe sur l’île où ils ont atterri. Dès lors, je ne voulais plus quitter ces lieux maudits ! En effet, au fil des jours, les survivants sont de moins en moins nombreux… Les victimes sont retrouvées dans des situations inexplicables avec, parfois, des blessures aussi animales que monstrueuses… Les esprits s’échauffent. La folie s’empare de certains individus. Que se passe-t-il ? À qui faire confiance ? Comment stopper ce fléau ?

Le texte est finement construit. On est sur de la mise en abîme avec un récit dans un récit, qui fait lui-même écho à plusieurs petits secrets ou histoires que chaque personnage conserve au plus profond d’eux-mêmes… Tout commence avec Jean Verdier, lieutenant de la République française, qui va arrêter le marquis Justinien de Salers. Celui-ci va narrer son vécu ainsi que toutes les choses insolites auxquelles il a dû faire face. Sa confession durera une nuit. Les deux époques s’entrelacent avec brio, ne laissant apparaître aucun temps mort. Bien que ma préférence se porte surtout aux événements de 1754, j’ai pris plaisir à suivre l’évolution des deux intrigues. J’ai également été séduite par la foule de personnages qui vont entourer Justinien. Certes, ils étaient un peu trop nombreux au début (de quoi me perdre, d’autant que je lis la nuit, avec une bonne dose de fatigue dans le sang) cependant, le nombre finit par vite se réduire, ce qui permet finalement de mieux s’y retrouver. Parmi les membres de l’expédition, on notera surtout Gabriel (qui a étrangement survécu à une autre expédition), l’impétueuse Marie, Veneur (un botaniste rejeté de tous), le Révérant Ephraïm (dont la démence s’accroît peu à peu), Penny / Pénitence (une jeune fille accompagnant le Pasteur), etc. Tous ces individus sèment le trouble. Estelle Faye joue la carte du mystère, proposant alors au lecteur d’avoir des réponses au compte-goutte.

La brièveté du texte n’enlève rien à son intensité. En effet, derrière cette histoire de monstre se dissimulent des sujets plus tendus comme la guerre, la culpabilité, la justice, la vengeance, la confiance, la religion, la mort et l’horreur. On n’est pas sur une simple histoire de « slasher » laissant des boyaux et de l’hémoglobine sous ses pas ! C’est bien plus subtil que ça… Comme dans « L’archipel du chien » de Philippe Claudel, on va surtout s’attarder sur les péchés des survivants. Des péchés terriblement Humains, mais condamnables de bien des façons…

C’était très intéressant ! Néanmoins, j’avoue que je m’attendais à une atmosphère plus terrifiante que celle-ci. Certes, il y a de la tension ainsi que des éléments effroyables toutefois, j’en attendais bien plus de ce côté-là. Il n’empêche que j’ai dévoré ce conte psychologique, fantastique et horrifique en deux soirées et que je l’ai noté dans ma liste des 80 sélectionnés ! Je suis certaine que « Widjigo » saura séduire un grand nombre de lecteurs, même ceux qui ne sont pas des adeptes de l’imaginaire…

.

plib2022

.

Citations

.

Le monde se tressait d’histoires, autant que de matière, d’air, de feu et d’eau.

—————

Nous sommes tous de la pierre qui saigne.

—————

Les bords d’océan se parlaient entre eux, s’échangeaient des mythes et des rêves.
.
—————
.
Le passé revient à la surface, avec la nuit, avec les vagues. Certains matins, on retrouve, dans le sable, des creux qui ont la forme de corps, d’hommes et de femmes qui se seraient traînés jusqu’au rivage.
.

Ma note

3,5/5

11 réflexions au sujet de « « Widjigo » d’Estelle Faye #PLIB2022 »

  1. La construction du roman avec ce jeu de mise en abîme me plaît beaucoup, je trouve cela toujours fascinant ! Les thématiques abordées semblent intéressantes, les personnages multiples et variés et l’ambiance soignée. Bref, comme tampopo24, tu me donnes envie de le lire… Je croise les doigts pour qu’il soit dans les 80 sélectionnés.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s