Fantastique/Fantasy·Littérature jeunesse·Science Fiction·Young adult

« Nos jours brûlés » T1 de Laura Nsafou #PLIB2022

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Nos jours brûlés » T1
Auteur : Laura Nsafou
Genre : Science-Fiction / Fantastique / Littérature ado – Young adult
Éditeur : Albin Michel

#ISBN9782226460349

.

résumé du livre

2049. Depuis vingt ans, le soleil a disparu et le monde est plongé dans la pénombre. La faune et la flore se sont peu à peu adaptées, et les espèces nocturnes, multipliées. Pour les humains, s’éclairer, se nourrir, survivre sont devenus des défis quotidiens. Elikia, née peu après l’avènement de la Grande Nuit, et sa mère Diba, se sont fixé pour mission de ramener le jour sur le monde. Persuadées que la disparition du soleil est liée à celle de Juddu, une ancienne et mystérieuse cité ayant abrité des esprits et des individus dotés de pouvoirs, toutes deux sillonnent le continent africain dont elles sont originaires à la recherche de témoignages. Les récits glanés auprès des Anciens les conduisent jusqu’à l’Adamaoua, une montagne où nulle âme sensée n’oserait s’aventurer…
Après la perte brutale de sa mère, Elikia va rencontrer l’Éclaireur, un des seuls survivants du massacre de Juddu. À son côté, elle découvrira qu’elle peut faire usage de la magie… et aussi que les deux marques incrustées sur sa joue gauche la relient malgré elle à Guddi, la divinité responsable de la disparition du soleil. La jeune fille parviendra-t-elle à s’affranchir de l’emprise que la nuit exerce sur elle afin de respecter la dernière volonté de sa mère : poursuivre leur quête ?

.

Ma critique

nosjoursbrulesLaura Nsafou, c’est l’autrice de somptueux albums sur la tolérance, l’acceptation de soi, la famille et d’autres belles valeurs. Je l’ai découverte grâce à deux pépites : « Comme un million de papillons noirs » ainsi que « Le chemin de Jada ». (J’ai vu qu’elle avait un nouveau bébé : « La demeure du ciel »… Il me le faut !!!) Honnêtement, si vous ne les connaissez pas encore, ce sont deux joyaux à découvrir de toute urgence ! Pour ma part, j’étais vraiment très curieuse de retrouver le style de l’autrice à travers un roman. Or, je n’ai pas été déçue : c’est fluide, poétique, fort, sensible, engagé et bien écrit ! Malgré la mise en place un peu longue ainsi que quelques moments calmes, on ne s’ennuie jamais. En ce qui me concerne, j’ai réellement été saisie par l’ambiance, les messages, les personnages et l’univers.

Comme pour le très bon « Fleurs d’Oko » de Laëtitia Danae, on est sur un univers dense, complexe et bien développé basé en Afrique. De ce fait, le lecteur va pouvoir découvrir des divinités, des rites ainsi que quelques croyances africaines. Pour ma part, je n’y connais absolument rien ! Heureusement, tout est hyper accessible, passionnant et vraiment intéressant, même pour une novice comme moi. J’ignore ce qui appartient à la fiction et aux réelles croyances toutefois, cela m’a donné envie de me documenter sur le sujet, car j’ai trouvé tout cela fascinant. Au risque de me répéter, je trouve important de proposer des récits de tous les horizons, surtout dans l’imaginaire où on a l’habitude des histoires se déroulant en France ou aux États-Unis… En littératue jeunesse / ado, cela permet également aux jeunes lecteurs de réellement s’identifier ! Je ne peux donc qu’encourager les éditeurs à sortir des sentiers battus, essayer de représenter tout le monde et de proposer d’aussi belles couvertures avec une héroïne aussi magnifique que mystérieuse ! (Par contre, s’il vous plaît, indiquez le fait qu’il s’agisse d’un premier tome d’une série. J’étais persuadée que « Nos jours brûlés » était un one-shot…)

J’ai plongé avec curiosité dans ce monde futuriste et post-apocalyptique où le jour n’existe plus et où les créatures plus ou moins hostiles, cohabitent avec les humains. Survivre n’est pas évident. J’ai eu l’impression que le danger était partout ! Aussi bien à cause des Hommes, parfois retors, qu’en pleine nature… Pourtant, Elikia et sa mère Diba vont partir en mission, avec l’idée de changer les choses. Pour cela, elles vont aller à la recherche du Juddu, une ancienne cité où vivaient des gens capables d’utiliser la magie. Le chemin sera dur, brutal, terrifiant et sanglant. Comme l’indique le résumé, Elikia va rapidement se retrouver seule. Malgré le deuil, la courageuse adolescente va poursuivre cette quête et va faire des découvertes incroyables. Honnêtement, je ne savais pas à quoi m’attendre. Je n’ai rien anticipé ! J’allais donc de surprise en surprise… Mais, je n’étais clairement pas préparée à certaines thématiques, ni à ce dénouement coup de poing ! L’autrice avait pourtant laissé des éléments nous faisant comprendre la direction que prendrait le scénario… Toutefois, je ne pensais pas qu’elle en serait capable. Chapeau ! Il fallait oser.

Le lecteur et les personnages vont ressentir beaucoup d’émotions au cours de ce premier opus. Honnêtement, j’ai été touchée par le lien d’Elikia et de sa mère. Leur amour et leurs mésaventures m’ont remuée… Sans parler de cette scène atroce dans la forêt… Elikia est une narratrice courageuse, déterminée, honnête, combattive, débrouillarde et avec des failles. Ce fut un plaisir de la suivre ! On n’est pas sur le cliché de l’héroïne parfaite qui réussit tout. La demoiselle a des défauts et fait des erreurs. Malgré les traumatismes, la peur, l’incertitude, le manque de confiance, le désespoir ou la douleur, elle apprend à aller de l’avant. Elle va réellement se construire au fil des épreuves. Quelle force ! Celui qu’elle va rencontrer est également un personnage intéressant et tout en nuances. Cependant, j’aurais adoré avoir un peu plus son point de vue, car il est encore empreint de beaucoup de secrets… Il me manque quelque chose pour pleinement l’apprécier. Cela dit, il faut avouer qu’il n’est pas aidé, car, à côté de plusieurs personnages féminins aussi forts et engagés, c’est normal de moins briller…

On a là un bon premier tome avec une épopée pleine de danger et de mystère. Attention, à quelques moments, le contenu est tout de même assez dur, sensible, violent et morbide. Cela ne représente pas tout le roman néanmoins, il est important d’avertir. Je pense qu’il faudra attendre la fin du collège avant de plonger à la rencontre d’Elikia… En tout cas, les adultes y trouveront également leur compte ! Pour ma part, j’ai aimé ce titre et je voterai pour lui lors du choix des 25 finalistes du PLIB.

.

plib2022

.

Citations

.

 

Je ne ressentais rien. Ni la fatigue, ni la faim. Les seules choses qui me rappelaient mon existence étaient le poids du sac à dos sur mes épaules, et le poids du deuil sur mon cœur.

—————

Ma mère m’a dit que la Nuit n’avait pas toujours été là, qu’il fut un temps où une gigantesque boule de lumière éclairait le monde et révélait ses couleurs. Elle me parle souvent de teintes que je n’ai jamais vues, d’une saison où il faisait si chaud qu’elle changeait l’odeur du blé, de l’herbe et des arbres, et la couleur du ciel en fin de soirée. Je l’ai toujours écoutée avec attention, j’ai regardé certaines photos qu’elle me montrait. Mais après tout ce temps, j’en viens à me demander s’il n’aurait pas mieux valu que je n’en sache rien. Le Jour a disparu, et nous marchons sans discontinuer à sa recherche.

—————

Il y a deux choses que je n’ai jamais vues : mon père, et le Jour.

.

Ma note

4/5

4 réflexions au sujet de « « Nos jours brûlés » T1 de Laura Nsafou #PLIB2022 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s