Littérature jeunesse·Romances·Romans·Young adult

« Point de fuite » de Marie Colot et Nancy Guilbert

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : « Point de fuite »
Auteurs : Marie Colot et Nancy Guilbert
Genre : Romance / Roman contemporain / Littérature ado – young adult – adultes
Éditeur : Gulf Stream

.

résumé du livre

Mona, lycéenne lumineuse, a tout pour être heureuse : une chouette famille, du talent pour le dessin – passion dont elle veut faire son métier – et depuis peu, un amoureux prévenant et merveilleux. Elle ne remarque pas qu’insidieusement, ce dernier l’enferme dans une étreinte malsaine, transformant son existence en cauchemar. Désormais, face au miroir, les traits tirés, qui aurait cru que Mona ressemblerait un jour à ce tableau qu’elle a tant étudié, celui de la Femme qui pleure ? Autour de la jeune fille gravitent Marin, son meilleur ami, Lya, voisine dont elle ravive le passé douloureux, Esther, alliée inattendue, et Cassien, poète et témoin de la cruauté humaine sous toutes ses formes. Tous mêlent leurs destins au sien, pour l’aider à s’échapper de cette toile dans laquelle tant d’autres avant elle sont tombées.

.

Ma critique

Alerte à la pépite ! Ce roman grands ados/adultes m’a fait passer par un panel d’émotions. D’ailleurs, lorsque j’ai terminé cette lecture en fin de soirée, j’ai mis du temps à m’endormir et j’y ai repensé toute la journée du lendemain… Ce livre m’a marquée. Je félicite Marie Colot et Nancy Guilbert qui ont encore une fois réussi à me toucher avec leur plume fluide, entraînante et sensible. Les personnages dépeints sont tous développés, intéressants, complexes et crédibles. Ce fut un réel plaisir d’apprendre à les connaître et de suivre leur évolution au fil de l’intrigue. pointdefuitemariecolotnancyguilbertCelle qui m’a le plus bouleversée est évidemment Mona, cette jeune femme passionnée de dessin qui va vivre une véritable descente aux enfers…

L’œuvre va aborder une pluie de thèmes : l’écologie, l’art, la photographie, le théâtre, la natation synchronisée, le sport de compétition, … Et surtout la violence psychologique et physique au sein d’un couple. Ma dernière lecture sur le sujet remonte au mois dernier avec la BD autobiographique très réussie de Sophie Lambda : « Tant pis pour l’amour : Ou comment j’ai survécu à un manipulateur ». On est dans le même cas de figure : les deux artistes, passionnées de dessin, vont tomber amoureuses d’un homme qui, petit à petit, va les manipuler et les rabaisser plus bas que terre, sans qu’elles puissent s’échapper. Suivre cette relation toxique m’a donné un pincement au cœur, en particulier lors des scènes en appartement ou que ce soit lors de la soirée d’anniversaire avec Marin, avec Batna ou encore le repas de famille. J’avais envie de hurler devant mon livre, frustrée par le manège malsain de ce bon orateur. Que ce soit la rencontre, la romance progressive ou la déchéance lente mais inexorable, j’ai ressenti énormément d’empathie pour l’héroïne. Bien qu’elle soit un personnage de roman, j’ai eu beaucoup d’attachement pour elle. J’avais envie de la protéger, de l’aider et de me battre pour elle. Car, ce type de relation n’est malheureusement pas une fiction : des monstres comme ça, il en existe des tonnes ! Je m’y suis déjà frottée, que ce soit dans le cadre d’une relation amoureuse ou au travail. Or, les auteures ont su donner de la crédibilité et de la consistance à ce tandem. En échangeant avec Nancy Guilbert, j’ai appris que certaines choses ou personnages n’étaient pas si éloignées de la réalité. Cela ne m’étonne pas, car j’ai parfois réellement eu l’impression de réalisme.

La narration donne évidemment la parole à la belle artiste, mais aussi à plusieurs protagonistes intéressants. On distingue par exemple Marin, alias « Curry », véritable ami dévoué, très engagé dans l’écologie. Je l’ai tout simplement adoré ! J’aurais aimé avec une amitié de longue date aussi forte que la leur. De ce fait, lorsque j’ai vu que leur relation se dégradait petit à petit à cause du petit-ami de Mona, j’ai eu une boule au ventre. Esther, la sœur du manipulateur, a été une très belle surprise. J’ai mis un peu de temps avant de l’apprécier pour ce qu’elle était réellement, mais j’ai fini par m’attacher à elle autant que l’héroïne. C’est une véritable battante, surtout si l’on regarde le contexte familial dans lequel elle évolue… Lya, la voisine, a également su trouver une place dans mon cœur. Ses interventions, son autodérision, sa douceur et sa vigilance m’ont émue. En revanche, j’ai eu un peu plus de mal avec Ycare (dont j’apprécie quand même le développement) et Cassien (très intéressant aussi, mais je reconnais que j’étais surtout focalisée sur Mona). Les chapitres sont généralement courts, vifs et percutants. On change souvent de narrateur. Cela apporte du rythme au récit.

Si vous n’avez pas peur de ce sombre sujet, je vous recommande ce one-shot « coup de poing ». La thématique principale est bien traitée, tandis que les personnages sonnent « vrai ». Une œuvre bouleversante qu’on ne lâche pas, qui ne laisse pas de marbre et qu’il est important de lire, surtout si on a été victime d’un manipulateur. Dans tous les cas, cela peut servir de mise en garde pour faire face à des individus toxiques et au harcèlement, qu’il soit de nature physique comme psychologique…

.

babelionewlogo

logo

.

Citations

Mon frère et moi, on a toujours évolué comme deux lignes droites qui ne trouvent pas de point d’intersection. Chacun sa vie. Chacun ses choix. Deux inconnus avec pour unique point commun leur nom de famille.
.
—————
.
Dans tous les cas, Marin, on ne porte jamais quelqu’un sur ses épaules, parce qu’on finit par tomber avec elle, mais on reste là, à côté. Et si on voit que ce n’est pas suffisant, parce qu’on sent une urgence, on demande de l’aide à quelqu’un de compétent, dont c’est le métier.
.

—————
.
Dans mon carnet de croquis, je dessine pendant des heures, partout et n’importe quoi. Des inconnus qui lisent leur journal, ma mère au téléphone et mon père fourré dans ses guides de voyage, un baiser d’Adri et Mathis, une casserole en feu, une canette abandonnée dans la cour du lycée ou le prof qui explique des théorèmes sans intérêt. Je croque mon quotidien à longueur de journée, mon crayon bien taillé entre les doigts. C’est plus sain qu’une cigarette, plus addictif aussi, je crois.
.
—————
.
Être sous l’emprise de quelqu’un, Marin, c’est perdre la liberté de penser et d’agir par soi-même. L’autre colonise ton esprit au point où tu ne te crois plus capable de rien sans lui. C’est faux, mais tu n’en sais rien parce que ton corps et ton esprit sont trop affaiblis. Tu es englué.

.

Ma note

5/5

17 réflexions au sujet de « « Point de fuite » de Marie Colot et Nancy Guilbert »

  1. Mille mercis pour ce tout premier retour émouvant et engagé qui a fait battre mon coeur d’autrice !
    Malgré les thèmes difficiles, vous avez su trouver la lumière dans les vies de nos personnages.
    Ce qui me touche aussi, c’est que vous avez mis l’accent sur la justesse de notre propos (cela nous tenait vraiment à coeur) et que vous avez réussi à parler du roman sans rien dévoiler.
    Et votre « alerte à la pépite » m’a donné le sourire ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis très touchée par votre passage ! ❤ Et je suis ravie que ma critique vous plaise.
      C'était vraiment un très beau roman que ce soit pour votre façon d'aborder les thèmes ou vos personnages. Encore bravo.
      J'espère que les autres lecteurs seront autant touchés que moi.

      J'aime

  2. À partir du moment où les noms de Marie Colot et Nancy Guilbert apparaissent, a fortiori ensemble, j’avoue ne pas me poser de questions quant à la qualité du récit, ce que confirme à 100% ton avis.
    Le traitement du thème principal semble permettre de se rendre compte de toute l’horreur d’une situation de harcèlement et de manipulation. Il semble y avoir également une galerie de personnages intéressante…
    Merci pour ton bel avis qui ne peut que donner envie de se lancer dans cette lecture qui semble forte et pleine de réalisme !

    Aimé par 1 personne

    1. Haha, j’avoue que, en voyant le titre parmi la masse critique, j’ai pensé pareil que toi ! Un livre que j’aurais acheté si je ne l’avais pas reçu ainsi.^^ J’étais sûre d’être touchée.
      Ravie que mon avis te donne envie. Je suis certaine que tu seras aussi conquise et bouleversée que moi ! ❤

      Aimé par 1 personne

  3. Sujet très difficile en effet, mais cela me semble important que certains livre ados l’aborde.
    La romanticisation de certains relations toxiques dans certains fictions fausse parfois les repères alors je suis contente de voir un livre qui parle des abus et de la violence psychologique au sein du couple. Je ne sais pas si j’arriverais à le lire, mais je suis contente d’avoir lu ta chronique pour en connaitre l’existence 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Une pluie de mercis pour vous et cette pépite de chronique ! C’est la première pour notre roman et elle m’émeut beaucoup. Vous avez si bien mis en évidence tout ce que nous avons voulu mettre et porter dans ce texte. Je suis très touchée par votre manière de parler de tous ces personnages que nous aimons profondément et qui nous ont accompagnées pendant plusieurs mois. C’est juste, waouh ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Votre passage et votre commentaire me font très plaisir. Je suis touchée que ma critique vous plaise, car j’espérais parvenir à retranscrire mes émotions, mon attachement aux personnages et donner mon ressenti sans trop en dire. Encore bravo pour ce roman à quatre mains bouleversant ! ❤

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s