Romances·Science Fiction·Young adult

« Effacée » de Teri Terry

emilie Un avis de Saiwhisper

Titre : Effacée
Auteur : Teri Terry
Genre : Young Adult / Science Fiction / Romance
Editeur : Éditions de la Martinière

résumé du livre

Dans un futur proche, en Angleterre, les criminels de moins de 16 ans sont condamnés à perdre tout souvenir de leur passé. Malgré son Effacement, cependant, Kyla fait d’étranges cauchemars. Comme si ses souvenirs s’obstinaient à remonter à la surface… Petit à petit, le doute s’installe. A-t-elle vraiment commis un crime et mérité son sort ? La jeune fille n’est pas certaine de vouloir le découvrir, d’autant que sa nouvelle vie de lycéenne lui plaît. Et que son passé pourrait s’avérer difficile à supporter … Mais peut-on être soi, à 16 ans, si l’on ignore d’où l’on vient ? Grâce à Ben, Effacé, lui aussi, et convaincu que l’Effacement cache en réalité une gigantesque manipulation, Kyla trouvera peut-être la force de partir en quête de sa propre histoire…

.

Ma critique

effacée Teri TerryLe hasard a voulu que je lise « The ones » et « Effacée » l’un à la suite de l’autre… Et je dois reconnaître qu’il fait bien les choses, car on a là deux lectures aux thématiques plutôt similaires ! En effet, la Science a énormément de place dans cet ouvrage puisque l’on parvient à modifier certains humains génétiquement. Ici, on leur fait perdre la mémoire. La plupart deviennent des légumes : des êtres généralement condamnés à sourire bêtement et incapables de se défendre, d’être violent ou en colère… Heureusement, tous les Effacés ne sont pas dans ce cas et parviennent à se réintroduire dans la Vie, en se faisant adopter par des familles… C’est le cas de notre belle héroïne qui semble bien mieux se développer que ses semblables. Comme dans ma lecture précédente, les Effacés sont mal considérés par la société et sont privés de certaines choses. De plus, ils sont reconnaissables grâce à un Nivo qui est un outil permettant d’indiquer leur état/moral/santé. Cette minorité est parfois soutenue par un groupe de terroristes qui n’hésite pas à s’opposer aux autorités. Enfin, comme dans « The ones », les deux protagonistes sont amoureux, aiment courir et vont avoir des idées divergentes, en particulier en ce qui concerne le groupe radical qui effraie l’État. J’avoue que ces similitudes m’ont fait sourire et que, ayant lu ces romans à la suite, je me suis presque perdue entre les deux univers ! Mais cela ne me dérange pas, car j’ai beaucoup aimé ce cocktail. D’ailleurs, je ne sais pas si j’ai une préférence… À mes yeux, les deux livres ont leurs qualités et leurs défauts. Les opposer pendant toute une critique n’aurait pas forcément de sens, car l’intrigue, les personnages ainsi que la plume des auteures sont réellement différents.

Kyla est une jeune fille douce, observatrice, réfléchie et intelligente. Elle est plutôt du genre à analyser plutôt que de foncer dans le tas. Elle se fie beaucoup à son instinct, aux voix qu’elle entend ou à ses rêves… Elle m’a fait songer à Marie dans « Resurrectio » d’Amélie Sarn, en plus attachante. C’est une héroïne qui m’a plu, car je trouve que l’on arrive aisément à la comprendre ou à faire preuve d’empathie. Comme elle, on se pose une multitude de questions sur les nombreux non-dits de ses proches ainsi que sur certains personnages. La plupart portent des masques qu’il me tarde de voir tomber ! C’est notamment le cas du père, de Mr Hatten ou du Dr Lysander. Les autres personnages gravitant autour de Kyla sont également intéressants et remplis de mystère (Amy, la mère, Phoebe, Aiden). J’espère qu’ils se dévoileront davantage au fil de la trilogie. Enfin, puisque toute héroïne a souvent son alter-ego, il ne faut pas oublier l’adorable Ben. Respectueux, posé, beau et charmant, il est l’archétype du gentil garçon. Et pourtant, je l’ai apprécié. La relation qu’il a avec Kyla se tisse peu à peu, si bien que le lecteur ne peut qu’adhérer à ce tandem. Par ailleurs, il n’y a pas de triangle amoureux, ce qui est de plus en plus rare dans un roman ado/young adult (et d’autant plus apprécié).

Le gros défaut de ce premier tome, c’est que l’action vient finalement assez tard et n’est pas assez constante, car  Teri Terry prend le temps de mettre en place les nombreux éléments de son scénario. Si vous cherchez un livre qui bouge et qui ne laisse aucun temps mort, passez votre chemin. Attention, je n’ai pas dit qu’il n’y avait aucun rythme ! Il y a des rebondissements, des moments oppressants, des révélations ainsi que des pistes, toutefois ce n’est pas aussi important que dans d’autres dystopies. L’action est relayée au second plan et on discerne des passages un peu longs ou pas assez exploités… À voir si le second tome suit le même schéma ou s’il est aussi troublant que les derniers chapitres. Pour un premier tome, je trouve cela prometteur et noterais plutôt ce livre à 4,5/5… Une fois les cent premières pages passées, j’ai été happée par cette ambiance mystérieuse et dois reconnaître que l’intrigue est bien ficelée ! En refermant le livre, on se pose une myriade de questions. Certes, on ne finit pas sur un cliffhanger, mais cela ne nous empêche pas d’avoir envie de lire la suite afin d’en savoir plus clair ! Je note donc « Fracturée » dans ma wish list…

.

Citations

C’est une drôle de logique : mourir conscient ou vivre inconscient.
.

—————
.
Je marche en silence jusqu’à la fenêtre et tire le rideau.
Un autre mot me traverse l’esprit : aube.
Le ciel est strié de rouge et de rose, parsemé de minces volutes de nuages encore sombres. L’herbe est éclaboussée d’orange, d’or, de vermillon et de pourpre. C’est magnifique. Jamais encore je n’avais vu le jour se lever. A l’hôpital, la fenêtre de ma chambre est orientée à l’ouest, et je n’avais droit qu’au soleil couchant. Enfin, à ce que m’en laissaient voir les hauts immeubles environnants.
.
—————
.
– Bon. Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?
Il a un sourire plein de suggestions et je tremble un peu.
– Euh… On attend qu’Amy et Jazz nous rejoignent. A moins qu’on ne redescende ? Ils veulent peut-être ren­trer, avec ce temps.
– Attendons un peu, propose-t-il en me prenant dans ses bras.
Je soupire d’aise, bien au chaud contre lui.
– Voilà pourquoi mes parents ne veulent plus que je reste seule avec toi !
– Non… Vraiment ? Alors on se cachera…
– Ben ! On a dit qu’on obéirait à tout le monde jusqu’à l’âge de vingt et un ans.
– Cinq ans sans un baiser ? Pas question.

.

Ma note

  5/5

TGWE

Publicités

9 réflexions au sujet de « « Effacée » de Teri Terry »

  1. J’ai déjà vu ce livre passer sur la blogosphère sans jamais lui prêter plus d’attention que ça … Mais finalement ta chronique m’intrigue pas mal, j’aime bien l’idée d’effacer la mémoire et les questions que se pose l’héroïne par rapport à ce passé qu’elle a oublié … Je le note 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s